Le dissident PS Olivier Falorni  a déposé sa candidature face à Ségolène Royal pour le second tour des élections législatives lundi après-midi à la préfecture de Charente-Maritime à La Rochelle. Pour rappel, Falorni a été exclu de la direction du Parti Socialiste de la Rochelle l’an dernier, après s’être opposé à la candidature aux législatives de l’ancienne candidate à la présidentielle, une candidature qui selon lui devait lui revenir en vertu de son ancrage local de longue date.

D’après Ségolène Royal, son ex-mari de Président François Hollande, aurait pourtant « fait savoir clairement » à Olivier Falorni, « qu’il ne le soutenait pas ». La candidate à la présidentielle de 2007 ajoute que François Hollande a réaffirmé qu’elle était « la seule candidate de la majorité présidentielle ».

Il faut noter qu’il n’est pas du ressort du président de la République de s’engager dans les batailles législatives. Les affaires législatives sont du ressort du parti et de la première secrétaire du parti, Martine Aubry. Le soutien de Hollande, nostalgie amoureuse ou soutien politique ?