Evidemment, il y a l’attitude brave, noble, symbolique d’un homme, et de l’autre la générosité, l’aide, le partage d’une organisation. Cependant, tous ces magnifiques élans ne résistent pas toujours à l’attrait de l’argent. Karine Dettinger, la femme du boxeur de gendarmes, estime que la cagnotte ouverte début janvier pour soutenir les frais de justice à son encontre, a été fermée trop tôt. Elle a fait délivrer mardi une assignation devant le tribunal de Paris, pour réclamer pas moins de trois millions d’euros de dommages et intérêts à la plateforme de financement.

C’est ce qui s’appelle avoir le sens du timing. Cette assignation arrive quelques jours avant que soit examiné en justice, le versement controversé de la cagnotte Leetchi de soutien au Gilet Jaune Christophe Dettinger.

Pour en arriver là, Karine Dettinger et son entourage considèrent que la cagnotte Leetchi, ouverte le 7 janvier 2019 puis fermée 48 heures plus tard en raison des réactions notamment de l’exécutif, n’aurait pas dû être clôturée aussi tôt. Comme en 2 jours, plus de 145 152 euros avaient été récoltés et que selon les règles de Leetchi, elle devait durer 45 jours, le manque à gagner s’élève à 3 120 768 euros. L’avocate de la famille rajoute “elle a été bloquée de façon totalement arbitraire sur décision unilatérale de la plateforme, juste après les déclarations de Marlène Schiappa”. Pour enfoncer le clou, l’avocate souligne, que les choses ne se sont pas passé de la même manière pour des cagnottes concernant des personnages sulfureux comme Tariq Ramadan ou Dieudonné, par exemple.

Pris dans de multiples actions juridiques en cours, l’argent est bloqué depuis le mois de janvier, il n’a pas été remboursé aux contributeurs et n’est pas non plus arrivé à la famille.

Cependant, Leetchi ne va pas évidemment se laisser faire, car la plateforme a engagé une procédure en référé. En effet, il apparaît que l’organisateur de la cagnotte Nicolas Alves, est un proche de Dettinger. Il s’était engagé à ce que l’argent récolté servirait uniquement à couvrir les frais. Leetchi fait remarquer que Nicolas Alves, a demandé le virement des fonds sur un compte autre que celui initialement prévu. Celui-ci n’aurait pas, non plus fourni “les devis d’honoraires d’avocats correspondant à l’objet de la cagnotte”. Au vu des sommes en jeu, on peut en effet craindre une utilisation différente des sommes récupérées.

Pour aller plus loin, il est à redouter que tout cela donne d’étranges, mais lucratives idées à bien d’autres. A ce propos, la plateforme devra sérieusement faire le tri et arrêter de fuir ses responsabilités dans les sujets de cagnottes qu’elles autorisent. Enfin, on peut remarquer qu’avec 3 120 768 euros à la clé, le boxeur retiré des rings ferait certainement le combat le plus lucratif de sa carrière.

Crédit photo : Whats up