George Tron, Secrétaire d’État la fonction publique, est accusé de « harcèlement sexuel » par deux anciennes employées municipales de Draveil (Essonne), ville dont il est également le maire UMP.

Les deux femmes dénoncent notamment les conduites déplacées de George Tron à leur encontre. Ce dernier aurait ainsi pris l’habitude de leur caresser les pieds de façon répétée et de leur proposer à de nombreuses reprises des massages des pieds supposément thérapeutiques.

George Tron serait-il fétichiste des pieds ?

Extrêmement affectées, les deux femmes auraient déjà tenté de mettre fin à leurs jours. Toutes les deux ne travaillent plus à Draveil, la première depuis mars 2009 et la seconde depuis septembre 2010. Elles affirment ne pas se connaitre.

Défendues par l’avocat Gilbert Collard, elles dénoncent une habitude qui aurait pris la forme d’un véritable harcèlement sexuel. De son côté, George Tron dénonce une « vengeance personnelle » passant par une action judiciaire et des allégations « délirantes ».