Selon une enquête d’opinion,  les français et les sympathisants de l’UMP considèrent que François est leur personnalité préférée pour prendre la tête du parti au cours des années à venir. Suite à ce sondage paru à la mi-mai, le sarthois s’est sûrement senti pousser des ailes. Dans une interview qui paraît vendredi dans le « Figaro Magazine », il déclaré qu’il n’y avait plus de « leader naturel à l’UMP » suite à la défaite de Nicolas Sarkozy. Une attaque directe à l’encontre de son rival, le secrétaire général du parti Jean-François Copé.

Mais l’interview n’est pas encore parue que Fillon se fait déjà reprendre de volée par plusieurs personnalités de l’UMP.  Sur « Sud Radio », le députe de Paris Bernard Debré déclare qu’il a dit à Fillon : « François, il faut fermer sa gueule ».

De son côté Rachida Dati estime que Copé à « fait le boulot » et que Fillon est, la liste est longue, « déloyal », « désagréable », « ingrat » et « mal élevé ».

François Fillon n’a-t-il pas lancé les hostilités trop tôt pour le leadership du parti, alors que le combat des législatives reste à mener ? Au risque de s’isoler au sein de son parti ?