C’est devenu un classement de plus en plus recherché sur internet. Avec la multiplication de déclarations et de révélations fracassantes sur la gestion des entreprises, sur les côtés sombres de la gestion financière, il a eu un accroissement de l’intérêt à tout ce qui touche à la fortune. Cela n’a fait qu’aiguiser une curiosité classique et traditionnelle.
Bien mal acquis ne profite jamais, on sait bien que pour faire fortune, il faut parfois s’asseoir sur quelques principes et fermer un peu les yeux sur certaines pratiques. N’oublions pas que derrière la réussite se place aussi le talent, la passion, l’énergie, la patience. Le magazine Challenge publie le classement des 500 plus grosses fortunes professionnelles.
Les noms, on les connaît pour la plupart, car ce sont en partie les mêmes qui reviennent, par contre l’ordre varie quelque peu. Bernard Arnault dont le patrimoine estimé à 46,9 milliards d’euros, reprend sa couronne, si on peut dire. Le patron de LVMH, Bernard Arnault, prend cette année, la première place devant Liliane Bettencourt, l’héritière du géant des cosmétiques L’Oréal, dont la fortune est estimée à 35,8 milliards d’euros. Après avoir occupé la première marche du podium pendant 7 ans, Bernard Arnault s’était vu devancer l’année dernière par Liliane Bettencourt. C’est notamment une hausse de 56 % en Bourse de l’action LVMH, qui lui permet de reprendre cette année la tête du classement.
Derrière ce duo, c’est la famille Dumas qui prend la troisième place. En fait, la famille Dumas c’est le groupe Hermès International, qui profite aussi d’une jolie progression en bourse pour atteindre une fortune de 30,85 milliards d’euros. Cela lui permet de passer devant une autre famille, les Mulliez, plus connu avec le groupe Auchan.
Comme dans tout bon classement, il faut noter l’arrivée d’un nouveau dans les dix premiers, en l’occurrence, ce sera, le patron de Free Xavier Niel, qui fait cette année son entrée dans le top 10. Ironiquement, il prend la place d’un autre patron de la communication Vincent Bolloré.
De manière plus globale, le patrimoine des plus grosses fortunes françaises a enregistré une forte croissance au cours de ces vingt dernières années. Depuis 1996, le patrimoine des dix premiers du classement a été multiplié par douze. Les actifs des « 500 » ont progressé, en valeur, trois fois et demi plus vite depuis 1996, que la production de richesse en France, avec une accentuation particulière parmi les plus grandes fortunes.
Ce classement peut énerver, faire des envieux, laisser indifférent, mais convenons comme Boris Vian, que “l’argent ne fait pas le bonheur de celui qui n’en a pas”.

Crédit photo : Ecole Polytechnique Université Paris -Saclay