Au Front National, on a dû mal à croire (ou à accepter) le léger mieux de Nicolas Sarkozy dans les sondages. Les frontistes soupçonnent même les instituts d’arrondir vers le haut les chiffres obtenus par le président de la République lors des enquêtes d’opinion.

Le parti d’extrême-droite aurait demandé auprès de la commission de sondages à consulter les chiffres bruts des sondages, comme l’autorise la loi de 1977.

Les scores de Nicolas Sarkozy sont-ils revus à la hausse par les instituts de sondage, comme on semble le penser au Front National ?