La tribune de l’université d’été des républicains, c’est l’occasion de faire quelques déclarations bien senties, surtout quand des élections présidentielles se profilent. François Fillon n’échappe à pas la règle, et entre deux attaques contre François Hollande ou même Nicolas Sarkozy, l’ex-premier ministre s’en est pris à la fonction publique en fustigeant les “avantages injustifiés” des fonctionnaires.

 Il faut bien de temps en temps, se différencier un peu des autres. Alors, après quelques passages obligés que constituent actuellement la lutte contre le terrorisme, la défense de la laïcité, et quelques “marronniers”, comme des discours concernant la baisse du chômage, la réduction de la dette et la sécurité sociale, François Fillon pour sa part, s’en est pris aux fonctionnaires.

 François Fillon, candidat à la primaire de la droite, a utilisé une image forte en évoquant un ménage à faire, à propos du statut de la fonction publique. Il évoque l’utilisation de “la paille de fer” s’il était élu en 2017. “Le statut de la fonction publique sera passé à la paille de fer pour en gommer tous les avantages injustifiés”, telles “les mises en disponibilité sans justification” ou “les réintégrations dans leur corps d’origine des fonctionnaires ayant commis des fautes”, a affirmé l’ex-Premier ministre.

 “Les agents publics élus parlementaires devront démissionner de la fonction publique. Je soumettrai au référendum l’inscription dans notre Constitution du principe de l’égalité des régimes sociaux”, a-t-il également prévenu.

 Il est vrai que François Fillon a toujours fait de la réduction de nombreux postes dans la fonction publique, son cheval de bataille. Il a déjà évoqué la suppression de 600 000 postes sur un quinquennat, réparties dans les trois fonctions publiques (État, hôpitaux, collectivités locales). Les postes seraient compensés par le passage aux 39 heures hebdomadaires. Il garde en point de mire que la fonction publique représente en France 22 % de la force de travail contre 11 % seulement en Allemagne. François Fillon propose également de rétablir le jour de carence dans la fonction publique.

Crédit photo : luc.chatel