En règle générale, lorsqu’un secteur économique se porte bien à l’export, c’est une vraie bonne nouvelle pour le pays et pour ses habitants qui peuvent que s’en réjouir. Cependant, lorsque ce secteur s’appelle le matériel militaire, la satisfaction reste bien plus modérée. La réalité est là, derrière les États-Unis et la Russie, la France a exporté 4,1 milliards d’euros d’armes et cela contribue à notre bien-être.

C’est un rapport du cabinet IHS Markit qui le confirme, la France est devenue cette année, en livraison, le troisième plus gros marchand d’armes au monde, et nous devançons pour une fois, l’Allemagne. Certes, nos ventes sont sans commune mesure avec le champion toute catégorie qui reste les Etats-Unis avec ses 22,4 milliards d’euros pour l’année. Cependant, nous sommes dans le sillage de l’éternel second la Russie, qui pointe à 5,8 milliards d’euros. Avec 4,1 milliards d’euros d’armes vendues, nous complétons donc le podium.

Nous nous sommes spécialisés dans des armes particulièrement sophistiquées. Entre dans cette catégorie, des avions comme le Rafale et des hélicoptères, mais aussi des navires comme les sous-marins et des frégates. Nos clients sont évidemment variés, nous trouvons par exemple l’Égypte, le Qatar, l’Inde, l’Australie.

En cela, nous devançons largement des grandes puissances comme la Chine qui ne peut rivaliser avec son matériel certes en grande quantité, mais pas compétitif et technologiquement en retard, et de ce fait, elle reste inexistante à l’export. Autre facteur favorable, un relatif, mais concret désengagement de la part Etats-Unis dans les affaires du monde entamé par Barack Obama. Les fabricants français en ont profité.

Ces bons résultats expliquent aussi certaines décisions diplomatiques et vice-versa, car la diplomatie a des effets très concrets sur le marché de l’armement. Par exemple, l’activisme français au Mali ou en Libye, a permis aux armes tricolores d’entrer en action sur de nombreux théâtres de conflit. L’exportation d’armes représente un excédent commercial de 7 milliards d’euros, autrement dit, 180 000 emplois et de jolis bénéfices pour les entreprises. La France, reste le seul pays en Europe, capable de fabriquer seul de A à Z, sans l’aide de personne, le futur avion de combat qui devra remplacer le Rafale.

Nous arrivons dans un cercle “vertueux” si on peut dire, car avec cette technologie, la France fait preuve de sa force, elle assoit sa souveraineté, ce qui lui permet de vendre plus d’armes, et de ce fait, elle prouve l’excellence de sa technologie…

Il faut s’y faire, notre économie a bien besoin de quelques conflits, et quelque part dans le monde des personnes, des familles et des enfants sont sous des bombes et des balles françaises, cela peut donner quelques ressentiments, il faut en assumer les conséquences.

Crédit photo : Airwolfhound