Ellen Johnson Sirleaf a reçu le prix Nobel de la paix en 2011 pour son action en faveur des femmes. La présidente du Liberia est en revanche moins encline à défendre les homosexuels et leurs droits. Lors d’un entretien accordé au Guardian, elle a déclaré qu’elle ne signera jamais une loi qui décriminaliserait l’homosexualité dans son pays, en présence d’un Tony Blair visiblement très gêné.

Rappelons qu’au Liberia, une loi criminalise l’homosexualité et prévoit une peine d’un an de prison pour un acte de sodomie volontaire (même si dans les faits cette loi est rarement appliquée). »  Nous aimons notre situation telle qu’elle est… Il y a certaines valeurs traditionnelles dans ce pays que nous souhaitons préserver » a déclaré Ellen Johnson Sirleaf.

Une présidente qui a certes beaucoup œuvré pour les femmes mais qui considère que l’homosexualité est un acte criminel mérite-t-elle le Prix Nobel de la Paix ?