Les logements sociaux n’ont plus l’air d’être. L’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) a déposé, le 5 mai, une plainte auprès de la Direction générale de  la concurrence à Bruxelles, rapporte le Parisien.

L’union dresse un constat accaparement: «378 000 Habitations à loyer modéré (HLM) seraient occupées par des ménages dont les revenus dépassent 4 000 euros par mois». Jean Perrin, président de l’UNPI rajoute que 50 000 d’entre eux appartiendraient même «au dixième décile, le plus élevé de l’échelle des revenus».

Ce dépôt de plainte fait suite à plusieurs scandales liés à l’occupation de HLM par diverses personnalités politiques et au moment où la liste d’attente des HLM s’allonge sans cesse (1,2 million de personnes en attente).

L’association ne s’arrête pas là et pointe du doigt la gestion des «20 milliards d’aides annuelles d’Etat, dont bénéficient les bailleurs publics» jugées «inefficaces» et ne remplissant pas «les objectifs même du logement social».

D’après la loi du 21 juillet 1950, les HLM sont destinés aux 20 % des ménages les plus pauvres. En réalité, plus de 60 % des Français sont aujourd’hui éligibles à l’attribution d’un logement social.

Faut-il durcir ces critères d’attribution? Et expulser les plus aisés des HLM ?