College boy, le nouveau clip d’Indochine, visible sur le Parisien, créé actuellement une vive polémique. Jugé trop violent, le clip sera sûrement censuré par le CSA (c’est-à-dire visible uniquement après 22h, et interdit au moins de 16 ou 18 ans).

Jugé « insoutenable », ou « extrêmement violent »,  le clip choque. Il montre en effet une réalité qui est assez peu représentée dans les médias : le harcèlement scolaire. On y voit un jeune garçon se faire violenter par d’autres membres de sa classe, jusqu’à ce qu’il se fasse exécuter, sous les yeux de tous.

D’après Françoise Laborde, membre du CSA, il est « insupportable d’imposer un tel niveau de violence ». Cependant, d’après de nombreux autres témoignages sur Internet, le clip est certes violent, mais montre une réalité, et n’a aucune raison d’être censuré : cela favoriserait même la « loi du silence » qui plane dans les cours de récréation.

Xavier Dolan, le réalisateur du clip, s’insurge : « Sur ce genre de chaînes, on voit tellement de scénarios racistes, violents, dégradants notamment pour les femmes. Cela me paraît absurde que ce clip soit censuré.”

Coup marketing, provocation, quête du buzz ? Est-ce-que le clip ne montrerait que de la violence gratuite, ou y-a-il une réelle condamnation de la cruauté de la part des membres d’Indochine ?

photo : Noesis Kane