Un coup dur pour les médias en ligne. BuzzFeed annonce la fin de son activité en France en licenciant 100 % de son équipe. La version française de ce site américain d’information et de divertissement avait été créée en novembre 2013. On se rappelle que son arrivée avait fait sensation dans le milieu des médias. La nouvelle a apparemment surpris tout le monde, y compris les intéressés. Un porte-parole de BuzzFeed aux Etats-Unis précise au journal Le Monde, que la décision ne concerne que la France, et pas les autres éditions internationales.

Incompréhension bien sûr chez la rédactrice en chef, Cécile Dehesdin qui déclare, “on est très déçus et surpris, on embauchait encore il y a dix mois, on a continué d’augmenter notre trafic et de sortir des gros scoops en 2018. On est extrêmement fiers du travail accompli depuis quatre ans”. Il est vrai, que le contenu s’était bien étoffé. D’abord très orienté “divertissement”, son contenu très bien édité, visuel et ludique, a connu un succès sur les réseaux sociaux, avec ses quiz et listes ciblant des publics de niche, comme les natifs de Bretagne, les nostalgiques de la série Friend.

BuzzFeed France, avait aussi largement évolué du côté de l’actualité, avec la création d’un pôle “news” et le recrutement de plusieurs journalistes, notamment issus de médias traditionnels. Du coup, le média s’est fendu de quelques exclusivités concernant l’affaire du financement Libyen de la campagne Sarkozy, ou sur les coulisses de la campagne de Marine Le Pen. Plus récemment avec un interview de Maryam Pougetoux, responsable voilée du syndicat étudiant UNEF.

Les dirigeants de BuzzFeed, pour leurs parts, évoquent des revenus générés trop faibles, et la concurrence présente en France, avec des sites comme KonbiniBrutMinuteBuzzTopito.

Cette cessation d’activité, met en évidence les limites actuelles de ces médias, qui sont tributaires des réseaux sociaux, et donc soumis à leurs variations. BuzzFeed, subit le changement d’algorithme de Facebook, mis en place en janvier. Celui-ci favorise les contenus publiés par les “amis” des utilisateurs, au détriment de ceux mis en ligne par des médias. Même les investissements sur d’autres plateformes comme Instagram, Pinterest, Twitter, Snapchat ne compensent pas. La dépendance de ce type de média de son modèle gratuit, très dépendant de la publicité aux réseaux sociaux reste une vraie question.

Plus globalement, BuzzFeed tente d’évoluer et il a lancé des émissions vidéo, créées pour le réseau social Twitter, ou avec son actionnaire, le groupe audiovisuel NBCUniversal, pour YouTube et Facebook. BuzzFeed, n’a peut-être pas encore trouvé son modèle définitif, ou il sera condamné à sans cesse évoluer.

Crédit photo : Buzzfeed international strategy