0

Etes-vous pour l’arbitrage vidéo de la prochaine coupe du monde de football ?

Vote UpVote Down
0%0%

-
Après de multiples palabres entre les “pour” et les “contre”, cet été en Russie l’assistance vidéo à l’arbitrage sera mise en place lors de la Coupe du Monde. Bien sûr, cela va nécessiter quelques aménagements et largement changer les habitudes des arbitres en premier lieu, ensuite des joueurs, et même des supporters. C’est pour cela, que les arbitres et assistants sélectionnés pour la compétition, recevront une formation pour s’adapter à cette nouveauté.
La nouvelle a été annoncée par le Board, qui est l’instance garante des lois du jeu lié à la Fifa. Avec la coupe du monde, ce sont toutes les grandes compétitions qui vont être arbitrées avec ce système. Evidemment, pour la coupe du monde, on n’a pas lésiné sur les moyens. Quatre assistants vidéo vont donc assister l’arbitre central, autant de techniciens et un opérateur chargé de relayer sur les écrans géants des stades, les décisions prises dans la salle d’opération vidéo.
Concernant, la formation des arbitres, elle va se dérouler durant deux semaines, et en deux groupes. Les 36 arbitres et 63 assistants, qui ont été choisis pour aller en Russie, vont travailler au Centre fédéral de Coverciano, près de Florence en Italie. La formation est technique, théorique et athlétique. Ils vont ainsi se familiariser avec le dispositif VAR. Roberto Rosetti, un ancien arbitre italien explique, “il y aura quatre responsables vidéo. Le VAR principal est celui qui communique avec l’arbitre central et peut lui suggérer de venir vérifier les images en bord de terrain“. Il rajoute, “l’assistant VAR N.1 s’occupe de suivre le live pendant qu’il y a une vérification. L’assistant VAR N.2 s’occupe spécifiquement du hors-jeu“. Le rôle du troisième assistant VAR est de veiller sur le respect du protocole, et d’assurer une bonne communication entre toute l’équipe. Comme l’indique le responsable de l’arbitrage pour la FIFA et ex-arbitre très populaire Pierluigi Collina, “tout sera centralisé dans un seul lieu installé à Moscou et tous les arbitres seront basés à Moscou“.
Un sacré dispositif, peut-être un peu lourd qui risque d’énerver les supporters, qui devront attendre fébriles, le résultat des consultations vidéo. Il faudra aussi compter sur les soupçons, qui peuvent naître de décisions prises dans un lieu clos, à l’abri des regards. Cependant, ces moments d’intenses émotions à attendre une décision, si en se multipliant vont nuire à l’intensité du match, vont devenir propice à la diffusion de spots publicitaires, bien utile pour faire gagner de l’argent.
A ce propos, doit-on rappeler que l’un des principes premiers du football, est d’être d’accord à la base pour faire confiance à un arbitre, et donc d’accepter d’éventuelles erreurs de sa part ? Cependant, cela s’appelle du sport et vu les enjeux financiers, nous sommes maintenant dans l’industrie du spectacle.Crédit photo : Erickfoto 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.