Comme on pouvait s’y attendre, si Hachette n’a pas voulu des mémoires de Woody Allen, le cinéaste n’a pas eu de mal à trouver une autre maison d’éditions. En effet, Hachette se trouve être aussi celle du journaliste et avocat Ronan Farrow, fils biologique de Mia Farrow et Woody Allen, qui est un des principaux accusateurs de Woody Allen. Cependant, Arcade Publishing en a eu cure, le livre est donc sorti et évidemment, il n’est pas tendre avec ses accusateurs et notamment son ex-partenaire, Mia Farrow.

Une première partie du livre est plus gaie, elle évoque son enfance. Le ton est résolument enjoué et superficiel, même si sa mère ressemble physiquement à Groucho Marx, et son père n’est pas toujours financièrement irréprochable. On retrouve le jazz et la clarinette, ses débuts comme auteur comique pour des shows télévisés, ses spectacles dans des clubs, ses rencontres avec de très belles femmes et son irrésistible ascension.

Mais soyons honnête, on n’est pas là pour ça, et la 2e partie rentre dans le vif du sujet. Dans les mémoires du cinéaste, intitulés “A propos of Nothing”, le réalisateur clame à nouveau son innocence. Il s’en prend à l’actrice Mia Farrow, même s’il comprend le choc que cela a dû être, lorsqu’elle a découvert sa liaison avec Soon-Yi Previn, la fille adoptive de Mia Farrow. A partir de là, l’actrice serait partie dans une “quête de vengeance à la manière d’Ahab”, faisant référence au roman d’Herman Melville “Moby Dick”, dans lequel, le capitaine de la baleinière poursuit une chasse obsessionnelle. Elle l’accuse d’avoir agressé Dylan, sa fille adoptive qui avait 7 ans à l’époque. Woody Allen, a fait l’objet de deux enquêtes distinctes sur ses allégations dans les années 1990, mais il n’a jamais été inculpé.

Le cinéaste ne regrette rien, malgré la tournure qu’ont pris les événements. Dans son livre, il ne s’arrête pas là, et il a des mots très durs pour Mia Farrow. D’accusé, il se pose en accusateur, et il poursuit une liste d’accusations sordides. Il explique, que l’attitude de Mia Farrow est loin d’être parfaite. Trop proche de l’un de ses fils d’un précédent mariage, elle a renvoyé plusieurs orphelins quelques semaines après les avoir adoptés, et un de ses frères est en prison pour abus sexuels sur enfants, et bien d’autres. Woody Allen, a une théorie, “j’avais accompli ma fonction de la mettre enceinte. J’étais devenu inutile“. Après la naissance de Ronan, Mia accapare le bébé, et leur relation se détériore. Il écrit également, que Mia Farrow a “suggéré” que leur fils Satchel (qui se fait appeler Ronan) serait en fait le fils de Frank Sinatra.

Quoi qu’il en soit, tout ce déballage, est loin de faire de ce livre le meilleur de Woody Allen. Il serait temps “d’en finir une bonne fois pour toute, avec les sordides histoires de famille“.

Crédit photo : sharon mccutcheon