Il est difficile de penser, que certaines choses sont déclarées juste comme cela. Les dernières déclarations de Thierry Mariani, ancien ministre Les Républicains de Nicolas Sarkozy, sont favorables à un « rapprochement » avec le Front national. Il estime cette alliance indispensable, pour reprendre le pouvoir. Ses déclarations ressemblent furieusement à une sorte de tests pour voir les réactions, que cela suscite.

Ce n’est pas un positionnement nouveau pour Thierry Mariani. L’élu battu aux dernières législatives, avait déjà proposé une alliance avec le FN dans une interview à l’hebdo radical Minute en juin 2017. Il considère, outre une proximité d’idée plus grande avec le recentrage du FN, que les Centristes ont basculé chez Macron, et donc que les réserves de voix du Parti LR se situent à la frange plus à droite.

Évidemment, cette proposition a donné lieu à une réaction classique, et convenu du porte-parole du Parti Les Républicains. Gilles Platret, a rappelé « il n’y aura aucune alliance avec le Front national, et ceux qui prétendent ceci, comme monsieur Mariani, sont des voix isolées qui ont le droit de s’exprimer, mais qui ne peuvent parler au nom des Républicains ».

Ensuite, il y a ceux qui condamnent la stratégie, mais qui sont relativement d’accord sur le fond. Un responsable du Parti indique, « on ne laissera pas le FN parler seul des sujets comme la sécurité ou l’immigration. Mais s’occuper des préoccupations de leurs électeurs, ne signifie pas faire alliance avec Marine Le Pen ». En gros, ce que fait le FN, futur “rassemblement national” en plein recentrage, on peut le faire nous-même en adoptant une ligne plus dure sur certains sujets.

On peut tout de même, noter comme le font d’anciens membres du LR, tendance juppéiste, qu’il n’y a pas de procédure de sanction contre Thierry Mariani. Pour moins que cela, certains jugés “Macron-compatibles”, ont été sanctionnés. Des propos de mains-tendues vers Macron, seraient donc jugés comme plus grave que vers Marine Le Pen.

LR ne peut pas faire comme s’il n’entendait pas les appels de Marine Le Pen, qui au congrès de Lille a rappelé la nécessité de nouer des alliances, que le FN promeut depuis des années pour les élections locales. Les discussions vont donc se multiplier au sein du Parti de droite républicaine, qui a jusqu’ici évité la dislocation que son ex-grand rival le Parti socialiste a vécue.

Cependant, est-ce que LR, qui n’a jamais voulu d’alliance avec le Front national, se laissera finalement tenter par un rapprochement avec le Rassemblement National ?

Crédit photo : salva1745