Pour financer la Sécurité Sociale, il faut aller chercher l’argent un peu partout, et notamment en surtaxant les produits régulièrement pointés du doigt pour leurs effets néfastes sur la santé. C’est le cas du tabac, de l’alcool et cela va bientôt concerner les boissons sucrées.

Toutes les études font le même constat, et celle de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) confirme, que trois enfants sur dix consomment trop de sucre. Les conséquences sur la santé, sont aussi clairement identifiées avec l’obésité, le diabète, l’ensemble des maladies cardiovasculaires, et autres caries.

Les modalités de cette nouvelle taxation voulue par la commission des Affaires sociales de l’Assemblée, vont toucher les boissons, qui contiennent plus de 8 grammes pour 100 millilitres, pour elles la taxe va doubler. Cela concerne surtout, des limonades, des boissons aux fruits. Pour les colas et les boissons énergisantes, qui contiennent plus 10 grammes, la taxation va tripler.

Pour le consommateur, la répercussion brute de cette nouvelle taxation sur le prix, reviendrait à une augmentation du prix d’un peu plus de 21 centimes sur une bouteille de cola vendue 1,50 euro en supermarché. Les bénéficiaires de ces nouvelles mesures sont les eaux aromatisées, qui contiennent moins de 5 grammes pour 100 millilitres (5 kilogrammes par hectolitre), car elles ne seront plus taxées.

Le législateur a même prévu une réaction classique des industriels du secteur. S’ils remplacent une partie des sucres par des édulcorants, les seuils de surtaxation seront encore plus bas.

Cette taxe, est censée tombée directement dans les caisses du régime général de l’assurance-maladie, et plus comme jusqu’ici, à la Mutualité sociale agricole. Cependant, difficile de chiffrer la hausse, car officiellement, on ne connaît pas les parts de marché en fonction des taux des sucres.

Comme d’ habitude, il n’est pas question de parler d’une taxe de rendement, même si on peut faire remarquer qu’une baisse des taxes sur les produits très faiblement sucrés aurait été plus favorable au porte-monnaie de nombreux ménages.

Crédit photo : Like_the_Grand_Canyon