Pour bien comprendre, il faut revenir au temps héroïque du DVD naissant. Nous sommes en 1998 et depuis 2 ans les premiers lecteurs de DVD sont apparus au Japon. Rapidement, cette nouvelle technique envahit les États-Unis, et pour sa part, Netflix démarre sur le marché. Marc Randolph et Reed Hastings, les cofondateurs de Netflix, réfléchissent sur la manière de tirer profit de la petite taille de l’objet qui permet de l’envoyer partout facilement, et à très bon marché.
Ok pour l’idée, techniquement ils vont être aidés par Mitch Lowe, le Vice-président du développement commercial et des alliances stratégiques, et Arthur Mrozowski, PDG de Media Galleries, une société de post-production spécialisée dans les DVD. Mrozowski, connaissait une entreprise appelée Mindset, qui prétendait avoir la capacité d’encoder des bandes analogiques sur des DVD en temps réel. Ce qui signifiait, qu’ils avaient la possibilité de convertir un morceau de film, de le presser sur DVD presque immédiatement et de l’envoyer à qui le voulait.
Il reste maintenant à frapper un grand coup, un vrai coup publicitaire. C’est là, qu’indirectement Bill Clinton entre en scène. La société a pu rassembler les déclarations du président américain pour la sortie DVD du témoignage, qu’elle a vendu en un seul weekend. Evidemment, toute la vidéo sent “l’amateurisme à plein nez” et le vite fait. En fait, c’est littéralement Clinton s’exprimant devant le bureau du conseil indépendant Ken Starr. Il répond au sujet d’allégations de mensonges sous serment lors d’un procès pour harcèlement sexuel impliquant une employée de l’État de l’Arkansas, Paula Jones au sujet d’une affaire. Il s’agit évidemment de ses agissements avec la stagiaire de la Maison-Blanche Monica Lewinsky. Cela fait environ quatre heures et Clinton répond tout le temps aux questions. L’envoi du DVD, s’est même fait sans pochette ni jaquette de présentation.
En attendant, ce fut un joli carton qui lui amena une couverture médiatique nationale. En marge de la déchéance de ce pauvre Bill que l’on imagine, les pantalons baissés, de nombreux journaux sont obligés de parler de cette nouvelle entreprise californienne qui permet de voir le témoignage de Clinton pour 20 cents.
Alors, on dit merci qui….merci Bill.
Crédit photo : Netflix