Victime d’un remaniement ministériel, de novembre 2010, Christian Estrosi soutenait depuis l’axe Fillon-Bertrand au sein de l’UMP. Mais les choses pourraient rapidement changer. Jean-François Copé se serait arrangé pour faire comprendre au niçois qu’il interviendrait directement auprès de Nicolas Sarkozy. Et en cas de victoire du président sortant, Copé à promis à Estrosi qu’il retrouverait une place de ministre.

Appâté par l’offre alléchante de Copé, Estrosi serait prêt à tourner le dos à Fillon et Bertrand sans vergogne. En échange, il devra quand s’acquitter d’un petit service : accompagner Jean-François Copé en déplacement à la Hague, le 16 avril.

Ravir un allié de son ennemi en lui promettant une place de ministre, la bonne opération pour Copé ?