Le transport est un sujet majeur des prochaines élections régionales de décembre prochain. Dès que l’on parle des élections, le sujet domine toutes les conversations, surtout que le président de la région est également président du STIF, le syndicat régional des transports.
Mais l’intérêt vient surtout de l’absence d’action de la majorité en place. La mauvaise qualité des transports en Ile-De-France nuit à la vie quotidienne des millions de personnes. La région ne dépense à moyenne que 28,50 € par usager par an, un effort qui ne correspond pas à la statue de la région capitale.
Les sept augmentations successives des tarifs, l’absence des résultats créent des frustrations chez les usagers. Près de 50 % des systèmes de signalisation du trafic ont plus de 60 ans, et des caténaires de la ligne C du RER ont plus de 80 ans. L’âge moyen des rames toutes lignes est de 30 ans. Comment peut-on imaginer que la SNCF qui n’a pas de réaction de l’exécutif régional, envisage-t-il de considérer le TGV une priorité dans ses investissements? Est-il possible de poser la question: devrait-on mettre en place un nouveau Brétigny pour contraindre la SNCF et le STIF à ne plus nous faire voyager dans le temps?
La hausse du budget consacré aux transports que veulent les usagers devra être suivie d’infrastructures routières: les bus sont souvent coincés dans les embouteillages aux heures de pointe, alors qu’à l’étranger, des constructions de voies dédiées aux bus, des circuits dédiés au covoiturage pour des voies pour les 2 roues ne cessent d’augmenter. Serait-ce une manière de contraindre les Franciliens à ne plus utiliser les transports en commun?
Mais l’on n’a pas encore dressé la longue liste des urgences: lutte contre la fraude, le financement de parkings autour des gares, recrutement d’agents de sécurité, le mis en place du place massif de vidéo protection, remplacement des matériels plus anciens, financement des nouvelles mobilités, … Sans oublier les différentes vagues de promesses qui n’ont pas été tenue à cause de priorité budgétaire: ticket unique, service minimum ferré la nuit et pendant les jours fériés, fléchage en plusieurs langues dans les gares, …