alcohol-492871_640_photo_kaicho20On accuse souvent la consommation d’alcool comme un facteur destructeur des cellules nerveuses du cerveau. Mais est-ce vraiment la réalité?

Il n’est pas nouveau et on le sait tous, l’alcool a un effet néfaste sur notre organisme et surtout de notre cerveau. On fait circuler plusieurs siècles que c’est l’alcool qui détruit les cellules nerveuses du cerveau. Est-ce un mythe ou une réalité?

D’après les historiens, cette croyance se serait survenu pendant la période de la prohibition aux États-Unis. À cette époque, l’alcool est devenu illégal et ses détracteurs avaient répandue l’idée que le liquide pouvant s’enflammer chez les alcooliques. Les rumeurs se sont intensifiées que l’alcool détruisait les cellules du cerveau.

La rumeur s’est confirmée avec l’effet de l’alcool sur la personne ivre qui agit bêtement et qui a un mouvement ralenti et le langage perturbé. Mais le mythe s’est brisé 60 ans après que les scientifiques avaient effectué des études en 1993. Ils ont fait un prélèvement des échantillons de cerveaux sur des sujets qui ne consommaient pas d’alcool et sur des sujets qui ont une importante consommation d’alcool. Il n’y avait aucune différence entre les deux échantillons. Ainsi, une soirée arrosée n’a pas détruit pas les cellules nerveuses, mais cela ne veut pas dire qu’elle n’altère pas son fonctionnement.

L’ingrédient qui provoque l’état d’ivresse s’appelle l’alcool éthylique. Il est métabolisé dans la fois et se transforme en acétate avant de s’évacuer dans le corps. Le foie d’une personne qui boit une importante quantité d’alcool n’arrive plus à suivre la métabolisation, et l’alcool éthylique se déverse dans le sang et atteint le cerveau.

L’alcool peut alors endommager les dendrites, les extrémités des neurones. Cependant, ces dendrites jouent un rôle important dans la transmission des messages entre les cellules. Si elles se détériorent, la communication est perturbée. La coordination motrice, le langage et l’apprentissage sont alors mal gérés.

C’est pourquoi les personnes ivres ont dû mal à marcher droit, à parler normalement et avoir les idées claires. Cependant, la consommation répétée d’une importante dose d’alcool peut provoquer des troubles au niveau de l’encéphale, surtout chez les adolescents. Ainsi, même si l’alcool ne détruit pas les cellules nerveuses, il peut provoquer une importante addiction et endommager différents organes provoquant différentes maladies.

crédit photo: kaicho20