Logo partie socialiste_photo_Parti socialisteLa blessure qui meurtrit les relations dans le clan socialiste entre le partisan et adversaire des orientations du gouvernement dans le domaine du politique économique et sociale peut se rouvrir lors du débat en deuxième lecture du projet de loi Macron qui commence ce mardi à l’Assemblée. Ce sujet est tellement sensible et concerne surtout le travail du dimanche, le plafond des indemnités pour licenciement abusif, le statut des prud’hommes.
Les conflits qui subsistent dans le clan socialiste représentent une ligne de fracture entre “légitimistes” et “frondeurs” comme ce qui s’est présenté en février dernier pendant la première lecture, entrainant la décision du gouvernement d’appliquer le 49.3. Ce gouvernement devrait déployer la même tactique de passage en force. La trêve est très fragile et c’était de plus en plus évident lors du congrès de Poitiers. Cette lecture pourrait alors ranimer le conflit entre les deux camps sur un sujet qui pourrait entamer l’avenir du socialisme.
Est-ce François Hollande qui a provoqué le déclin du socialisme? Il y a contribué en tout cas, mais sa responsabilité est partagées par tous ceux qui ont favorisé cette idéologie et qui ont raté dans le passé les coches offertes par les différentes étapes de l’évolution du monde un important déchirement de leur pensée. L’ex premier secrétaire du PS, devenu actuellement le président de la République a contribué à ce conservatisme souvent dénoncé par Manuel Valls, à l’époque où il n’était pas encore au pouvoir. Hollande avait mal ficelé son programme, un programme qui est une caricature des pesanteurs et de l’archaïsme qui pèsent sur le socialisme français, alors que la plus part des socialismes commencent à se libérer petit à petit. Le président de la République est en train de payer lourdement cette erreur qu’il tente en vain de réparer par la conversion à un libéralisme approximat if.
Son socialisme est une composition de frénésie de réformes intéressant sur des sujets mineurs, mais sa politique sur l’économie et le sociale n’a pas de colonne vertébrale entrainant une désorientation de sa clientèle électorale, attirer vers l’extrême droite et provoquant une confusion dans l’esprit du peuple qui commence à détourner sa confiance de la politique.