Bien sûr, il est communément admis, que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Cependant, la Maison-Blanche a une nouvelle fois déclenché une bien belle polémique. Elle vient d’annoncer, que le prochain sommet du G7 se tiendrait dans un club de golf de Miami appartenant à Donald Trump. Il est évident, que les accusations de conflits d’intérêts déjà maintes fois misent en avant par ses opposants, sont de nouveau brandies.

Cela pourrait faire de cette réunion, un moment très convivial, du style “venez ce week-end à la maison”. Le G7, le grand rendez-vous annuel qui rassemble les dirigeants des sept pays les plus industrialisés de la planète, pourrait se tenir au Trump National Doral Club, à Miami. Une réunion, qui vise à réguler les échanges, faciliter le commerce et veiller au respect de certaines règles, pourrait devenir un bon exemple de situation à éviter et un mauvais exemple à suivre.

Cela ne semble pas troubler le moins du monde, Mick Mulvaney, chef de cabinet de la Maison-Blanche, qui annonce fièrement “nous sommes absolument convaincus, que c’est le meilleur endroit pour l’organiser“. Il ne dit pas “un bon endroit”, mais le meilleur endroit. En effet, Mick Mulvaney a assuré que ce choix était le résultat d’un examen minutieux de 12 sites différents. Cependant, il n’est pas possible de consulter ni de rendre public, les documents ayant permis d’aboutir à ce choix. Les Etats-Unis, doivent être dans un triste état pour que ce Golf soit le “meilleur endroit”. Heureusement, que c’est son propriétaire qui est devenu Président, sinon comment aurait-on fait ?

Sans vergogne, sans un rire étouffé, la Trump Organization s’est dite “honorée” de ce choix inespéré. Le propriétaire du Golf pourra facilement remercier…le président. Aux esprits chagrins, qui font remarquer que cela fait de la publicité pour la marque Trump, Mick Mulvaney répond, “j’ai déjà entendu ça, je vous demande simplement de prendre en compte le fait que la marque Donald Trump est déjà suffisamment forte comme ça“,

Plaisanterie mise à part, de nombreuses réactions ont fusé immédiatement. Jerry Nadler, président démocrate de la commission judiciaire à la Chambre des représentants, voit dans cette décision “un exemple éhonté de la corruption du président”. Un autre démocrate, le sénateur Richard Blumenthal a eu une pensée, “nos pères fondateurs doivent se retourner dans leur tombe. Ce n’est pas simplement un conflit d’intérêts, c’est anticonstitutionnel“. De son côté, l’ONG Citizens for Responsibility and Ethics, soucieuse des conflits d’intérêts dans la classe politique américaine a réagi, “il n’y a plus aucun doute, le gouvernement américain est utilisé comme une filiale de relations publiques et de marketing de la Trump Organization”.

Concernant, le contenu de cette réunion, on n’en sait pas vraiment plus. Cependant, une chose est sûre, on ne parlera pas du changement climatique. C’est vrai, que discuter de la nature dans un golf, c’est inconvenant. En plus, les bonnes manières disent qu’il ne faut pas désobliger votre hôte, ni le maître de maison avec des sujets embarrassants pour lui.

Home sweet home

Crédit photo : will-porada