0

Emmanuel Macron veut-il une France de locataires ?

Vote UpVote Down
0%0%

-
L’Insee n’est pas réputée, pour avancer des affirmations pour faire du buzz, ou pour des effets de manchettes. Pourtant, elle vient de réaliser une étude aux résultats, particulièrement surprenants. Cette étude montre un parallèle entre la densité de propriétaires au niveau local et le taux de chômage au même endroit. Cette conséquence inattendue de l’accès à la propriété, a de quoi susciter bien des interrogations.
 
C’est le journal, le Figaro qui relaie cette étude de L’Insee. Elle établit clairement, que plus il y a des propriétaires dans une zone délimitée, et plus le taux de chômage est important. De plus, la progression des deux faits semble intimement liée, car plus la densité de propriétaires dans une zone géographique augmente, et plus le chômage progresse à ce même endroit. L’Insee constate, “si le statut de propriétaire est généralement associé à une meilleure situation sur le marché du travail, une augmentation de la densité de propriétaires au niveau local va pourtant de pair avec une hausse du taux de chômage“.
Les explications de ce phénomène sont encore difficiles à cerner, car logiquement, il est plus simple de trouver un logement, quand on possède un emploi stable plutôt qu’un contrat précaire. Individuellement, les propriétaires sont donc moins exposés au chômage que les autres personnes.
Cependant, l’Insee évoque la possibilité qu’une forte densité de propriétaires, réduise d’autant plus les opportunités globales de logements sur un secteur. Au niveau collectif, less propriétaires etant moins mobiles, cela réduirait la fluidité du parc de logements dans les zones où ils sont plus nombreux. La situation deviendrait donc plus difficile pour les chômeurs, qui chercheraient à s’y établir pour un nouvel emploi.
L’union nationale de la propriété immobilière (L’UNPI), pas vraiment favorable à la politique d’Emmanuel Macron, dénonce une volonté de la part du gouvernement de faire de la France un pays de locataires à l’inverse de Nicolas Sarkozy, ardent promoteur de la France de propriétaires.
En attendant, ce paradoxe serait valable dans toute la France où la propriété s’est considérablement développée depuis cinquante ans. L’Insee, a utilisé pour cette enquête des données, des recensements successifs de la population entre 1968 et 2011.
Crédit photo :

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.