Pour Marine le Pen, il va falloir digérer la défaite, et rebondir en vue des législatives. Elle compte bien se servir pour cela, d’un relatif bon score pour décrocher des sièges, et surtout d’une redéfinition du paysage politique qui se dessine. C’est dans cette optique, qu’elle veut changer le nom de son parti, en créant un nouveau mouvement qui lui permettrait de se positionner comme principale opposante.

Ce changement de nom aurait plusieurs avantages, le premier est de faire oublier très rapidement la défaite afin de démontrer aux militants et surtout aux nouveaux sympathisants, que ce n’est qu’une étape dans une stratégie de prise du pouvoir. Marine le Pen insiste sur la progression, et sur le fait que les choses se mettent en place, bref donner l’impression que tout ceci est dynamique et positif.

Il faut aussi considérer les nouvelles alliances prises dans le cadre de cette élection et notamment le ralliement de debout la France, le parti de son nouvel allié Nicolas Dupont-Aignan. La création d’un nouveau mouvement dont “l’axe de gravité serait un peu différent“, comme l’indique un de ses lieutenants, permettrait peut-être de nouveaux ralliements dans une droite en pleine décomposition.

Enfin, à plus long terme, ces élections deviendraient plus la défaite de feu le Front national, qui endosserait les raisons de la défaite, du fait de certains archaïsmes de pensées et moins celle de Marine le Pen.

Il reste, que cela sous-entend aussi de se défaire, de nombreux anciens amis pas très fréquentables, d’une éventuelle concurrence (même familiale), de pratiques et de réflexes qui se sont encore révélés lors du dernier catastrophique face à face de l’entre-deux tours. Ce nouveau mouvement, cela veut dire peut-être aussi l’abandon de certains grands leitmotivs qui ont drainé petit à petit des électeurs.

Le nouveau parti de Marine le Pen, pourrait alors devenir un parti très “conservateur”  finalement assez classique, qui verrait pointer à sa droite de nombreux groupuscules radicaux, issus de ses anciens soutiens qui ne verraient plus qu’en elle, une traitresse qui s’est fait récupérer par le “système” qu’elle a tant combattu.

Crédit photo : Sergio Foo_biker