Mariya Savinova_photo de Citizen59L’Agence mondiale antidopage (AMA) a rendu un rapport particulièrement dur lundi, il concerne un vaste scandale autour de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF). L’agence recommande la suspension de cinq athlètes russes et évoque l’implication directe du gouvernement Russe. Une enquête, pilotée par la France, a été confiée à l’agence Interpol.

A la base, l’enquête est menée contre l’ancien président Lamine Diack et des hauts responsables de l’IAAF. Ils sont soupçonnés d’avoir reçu des sommes d’argent en contrepartie de la couverture de pratiques dopantes, principalement en Russie. Rapidement, l’affaire prend de l’ampleur, et le rapport de l’AMA confirme l’implication de cinq athlètes russes dont Mariya Savinova, sacrée championne olympique sur 800 m. Sa suspension est demandée.

L’affaire continue sur d’autres terrains, le scandale n’est plus seulement sportif, il devient politico-financier, car le rapport affirme que le dopage en Russie “n’aurait pu exister” sans l’assentiment du gouvernement, indique l’AMA. L’agence indique de plus, que la Russie n’était pas le seul pays concerné, sans donner plus de précisions.

L’IAAF a d’ores et déjà enclenché les procédures, elle semblerait vouloir agir vite pour éteindre rapidement l’incendie en vue des prochains JO de Rio. La Fédération internationale, présidée depuis fin août par Sebastian Coe, a lancé lundi après-midi la procédure d’application des sanctions contre la Russie demandées par l’AMA. De son côté, le ministère russe des Sports a dans un premier temps protesté, car selon lui, l’AMA “n’a pas le pouvoir de suspendre” la Russie des compétitions internationales. Cependant, très rapidement, le Kremlin a indiqué par voie de communiqué de presse qu’il “suivra” les recommandations de l’IAAF et de l’AMA.

Tout ceci ne représente, que le volet sportif de l’affaire, une autre enquête commence en parallèle, menée par Interpol. Celle-ci sera mondiale et pilotée par la France. Dans le cadre de cette opération, baptisée Augeas, Interpol travaille maintenant avec ses pays membres susceptibles d’être concernés par l’enquête. Précédemment, pour ses investigations, l’AMA avait déjà demandé l’assistance de l’unité de lutte antidopage de l’organisation internationale de coopération policière, basée à Lyon.

“Les JO de Londres en 2012 ont été “sabotés” par la présence d’athlètes dopés, affirme le rapport. La difficulté maintenant est, de mener une enquête en profondeur, qui aura de multiples rebondissements. Elle va encore une fois, mettre en lumière des pratiques bien éloignées de l’esprit sportif et de l’idéal de Pierre de Coubertin, dans l’organisation de jeux dont les intérêts sont de plus en plus “supérieurs”.

Crédit photo : Citizen59