Il semble maintenant clair que les avocats de Dominique Stauss-Kahn affutent la défense de leur client en prévision d’un procès. Si DSK va très vraisemblablement continuer à plaider non coupable, il pourrait reconnaître qu’il a bien eu une relation sexuelle avec la présumée victime.

Hier en audience préliminaire, Benjamin Brafman, l’un des avocats de DSK, a affirmé que des relevés ADN ne prouvaient aucunement le viole, mais simplement un acte sexuel. Des détails passés inaperçus en France mais qui, dans le droit pénal américain, ont toute leur signification : l’acte sexuel aurait été consenti par la présumée victime. Il n’y aurait donc pas eu d’agression sexuelle, ni tentative de viole. Il semble que ce soit la ligne de défense que les avocats de DSK suivront.

Cette possibilité est actuellement reprise par le New York Post.