Le candidat Hollande avait promis, lors de sa campagne électorale, d’accorder le droit de vote aux étrangers. Désormais, président de la république, on peut se demander: à quand cette réforme?

Sa mise en place est en effet délicate. Elle nécessite une modification de la Constitution si seulement les trois cinquièmes du Parlement sont d’accord. Dans le cas contraire, un référendum sera organisé.

Cela dit, le droit de vote de l’étranger aux élections locales n’est pas la priorité dans l’agenda du gouvernement. « On a une urgence sur les questions économiques et sociales. Sur le calendrier parlementaire, les Français attendent d’abord de nous qu’on traite de ces questions là », avance Alain Vidalies sur LCP le 20 juin.

La question ne sera pas traitée avant courant 2013… Promesse tenue ou enterrée ?