Les avocats de Dominique Strauss-Khan seraient en mesure de reconstituer son emploi du temps de la journée de samedi afin de contrer la version de la victime supposée.

Plusieurs preuves matérielles ainsi que des témoignages viennent soutenir la défense de Dominique Strauss-Kahn.

Loin de la thèse d’une fuite précipotée, il apparaît ainsi que Dominique Strauss-Kahn se serait adressé à la réception vers midi pour obtenir sa note et remettre ses clefs. Quant à l’oubli du téléphone invoqué par la police comme un signe de fuite, Dominique Strauss-Kahn en posséderait plusieurs pour des utilisations personnelles et professionnelles. Il aurait d’ailleurs contacté lui-même la réception par téléphone pour demander qu’on le lui ramène à l’aéroport. Enfin, son billet d’avion aurait été acheté à l’avance et un billet retour était déjà réservé.

Dominique Strauss-Kahn aurait également déjeuné avec sa fille dans un restaurant de New York. Il serait ensuite parti vers l’aéroport JFK en taxi.

La défense devrait présenter ces éléments lors de l’audience préliminaire de cette après-midi. Elle est composée de deux avocats : William Taylor et Benjamin Brafman.

William Taylor est un des dix meilleurs avocats pénalistes de New York et c’est un ami de Dominique Strauss-Kahn. La semaine dernière, il est intervenu sur les rumeurs concernant les costumes à 35 000 euros du directeur du FMI et en 2008, il l’avait conseillé dans l’accusation de favoritisme dans la relation qu’il entretenait avec Piroska Nagy, une économiste hongroise rattachée au FMI.

Benjamin Brafman est l’avocat des stars. A son palmares, la défense des rappeurs Jay-Z (agression sexuelle) et Puff Daddy (port d’armes illégal). En 2004, il a défendu Michael Jackson dans une accusation d’atteinte à la pudeur sur enfant.