A priori, cela a tout d’une bonne nouvelle. Les studios de la Twentieth Century Fox sont rachetés par Disney. D’un point de vue économique, l’affaire fait grand bruit, car les sommes avancées sont importantes. En toute logique, c’est donc une bonne nouvelle, car cela devrait booster la production de films incluant les têtes d’affiche Marvel. Cependant, le doute s’installe chez les fans sur la manière dont leurs héros favoris seront traités.

On arrête plus la Firme Disney, qui rebondit de rachat en rachat. Tour à tour, la firme de la souris a successivement racheté Pixar, Marvel et Lucasfilm pour seize milliards de dollars. Cette fois, elle vient d’acquérir les studios de cinéma et de production télévisuelle de la Fox, mais aussi ses parts dans la plateforme de vidéo à la demande Hulu, et le géant des télécoms Sky. Comme on peut s’y attendre, les sommes ne sont plus les mêmes, et c’est plus de soixante millions de dollars, que Disney a proposés pour ce rachat. Une proposition que la Fox n’a pas pu refuser.

Récupérer la Fox, c’est tout simplement récupérer six des dix films les plus rentables de tous les temps, comme Avatar, Alien ou encore La Planète des Singes. Du coup, dans le panier de la nouvelle acquisition Disney, on retrouve aussi Fox Searchlight, ce qui va permettre de constituer un catalogue défiant toute concurrence, en vue du lancement de sa propre plateforme de vidéo à la demande. Il est fort à parier, que 2019 sera non seulement l’année marquant la fin de son contrat, et de sa collaboration avec Netflix, mais qu’elle constituera au contraire le début d’une concurrence, qui pourrait alors porter un coup fatal au leader de la VOD.

Toutes ces acquisitions, ne sont pas sans inquiéter. Tout d’abord, il y a une menace sur cinq à dix mille emplois. De plus, le gouvernement américain surveille cette tentative de monopoliser, parmi les plus grands organes de production, et de diffusion de l’audiovisuel. Enfin, les plus intègres, et les puristes des fans comics se demandent, qu’elle sera la cadence de production des nouveaux opus, et surtout, si comme pour d’autres sagas, la production parfois trop standard, bien-pensante de Disney ne va pas dénaturer leur monde.

Crédit photo : Sol Aguinaga