Alors que Nicolas Sarkozy sera invité ce soir à l’émission “Des paroles et des actes”, des tensions semblent apparaître en son équipe de campagne et l’UMP. Principales cibles: la porte-parole Nathalie Kosciusko-Morizet et le directeur de campagne Guillaume Lambert.

NKM a reconnu aujourd’hui les difficultés auxquelles se heurte le chef de l’Etat dans sa quête d’un second mandat et mis en cause le “brouhaha” ambiant, regrettant que la majorité s’y laisse parfois “entraîner”. Depuis quelques jours, les faux-pas s’accumulent dans le camp de la majorité: la polémique Borloo à Véolia, le déplacement chahuté de Bayonne et les propos du candidat-président sur “l’épuration”, puis la sortie de Claude Guéant sur le vote des étrangers et la nourriture halal dans les cantines et enfin celle de François Fillon sur les traditions religieuses ancestrales.

NKM et le directeur de campagne Guillaume Lambert concentrent une bonne partie des critiques: NKM pour avoir estimé le prix du ticket de métro à “4 euros et quelques” (contre 1,70 euro) et sa volonté de ne pas avoir de porte-parole adjoint afin de se valoriser davantage, Lambert pour avoir suggéré de limoger le préfet des Pyrénées-Atlantiques suite aux incidents de Bayonne. Nicolas Sarkozy aurait décidé de reprendre sa campagne en main entouré d’une poignée de fidèles. Est-il encore temps d’inverser la tendance ?