Hier soir, sur le plateau de France 2 où elle était invitée, Marine Le Pen a accusé l’Élysée de demander le report des plans sociaux déjà prévus afin qu’ils ne tombent pas avant les élections présidentielles. Lors de l’émission « Des paroles et des actes » elle a dit que Nicolas Sarkozy « réclame comme un geste pour sa campagne à des grandes entreprises de repousser les plans de licenciement après l’élection ».

Mercredi dernier, le ministre du travail Xavier Bertrand avait déjà récusé des accusations similaires de la part de François Chérèque, patron de la CFDT. Ce dernier a affirmé que « Des chefs d’entreprise et DRH me disent que toutes les semaines, le ministère leur téléphone (…) pour qu’ils reportent à plus tard [leurs plans sociaux], s’ils avaient l’intention de licencier ».

L’Élysée tenterait-il de nous cacher la réalité des choses ?