Alors que le sort de l’élection semble presque déjà joué, on ne parle pratiquement plus que de ça depuis quelques jours : certains médias ou de simples internautes, via les réseaux sociaux, pourraient révéler des estimations des résultats du premier tour avant l’heure légale, 20 heures. Des internautes auraient déjà mis au point des stratégies pour éviter d’éventuelles sanctions, comme la fameuse amende de 75.000 euros brandie par la commission de contrôle des élections pour limiter les risques de fuites.

Le site numérama.fr indique par exemple qu’il pourrait utiliser des messages codés comme « le flan est au four » (comprendre Hollande est au deuxième tour) ou la tomate est mûre (Mélenchon est au second tour) pour communiquer les résultats en avance. Des utilisateurs de Twitter ont quant à eux prévu d’internationaliser la campagne, en affiliant chaque candidat à un pays ou une région : Hollande serait logiquement  les Pays-Bas , Eva Joly la Norvège, pays où elle est née, Sarkozy  la Hongrie, compte-tenu de ses origines, Marine Le Pen « l’Allemagne Nazie » ou François Bayrou le Béarn. Cette version est aussi bien déclinable en langage footballistique que météorologique : les Pays-Bas sont qualifiés, ou mauvais temps sur l’ « Allemagne Nazie ».

La commission de contrôle aura-t-elle le même humour que ces internautes ?