S’il apparaît important, que l’esprit de Noël doit être entretenu par les mairies, on peut légitimement se demander jusqu’à quel point. Il appartient aux mairies de continuer à gérer avec rigueur, afin d’éviter des dérives et les exagérations d’opportunistes, qui profitent de l’occasion pour vendre des prestations à des prix prohibitifs.

Certains tarifs et dépenses consentis par les municipalités apparaissent bien au-dessus du raisonnable, même si l’on considère que la période de noël reste l’occasion de faire briller une ville de mille feux pour les fêtes de fin d’année.

Les exemples d’exagérations sont nombreux, et dépassent le cadre national, car on retrouve le même phénomène dans de multiples métropoles européennes, et même du monde. Évidemment, ces dépenses ne sont pas toujours du goût des administrés.

Parmi les villes dont les dépenses sont significatives cette année, on retrouve les 900 000 euros de budget pour illuminer la ville de Nice avec des fusées lumineuses, un sapin fusée de 20 mètres de haut, et les décorations sur les palmiers de la Promenade des Anglais. Le maire Christian Estrosi, justifie ces sommes en soutenant que tout ceci entretient “une marque de fabrique à Nice”.

Les mêmes doutes concernent souvent des sapins de noël comme celui de Belgrade (Serbie) haut de 18 mètres de haut, et décoré de 200 boules de noël. L’arbre artificiel, a coûté pas moins de 83 000 euros. De nombreuses photos montrent aussi le sapin de noël de la ville de Rome, qui a coûté 48 000 euros. Les photos soulignent le ridicule du conifère, qui a perdu presque la totalité de ces épines en quelques jours. Prévu pour trôner pendant au moins un mois sur la Piazza Venezia, le sapin est devenu la risée des réseaux sociaux.

Si on agrandi encore le périmètre, le Canada ne semble pas épargné par la folie dépensière. Par exemple, à Windsor (Ontario), la municipalité a dépensé 3 millions de dollars pour illuminer un quartier de la ville, Jackson Park.

A tout cela, il faut ne pas oublier de rajouter les consommations d’énergie de toutes ces installations.

Crédit photo : Nathalie