david douilletLe député UMP qui s’est fait bien connaître pour son dérapage homophobe affirme être victime du harcèlement suite à un financement d’un refuge pour jeunes homosexuels.
L’on se pose quand même la question, il est réellement homophobe ou un partisan du « lobby gay » ? En fait, cette semaine, il affirme être victime d’un harcèlement de la part de ses électeurs en Yvelines pour avoir financé l’association « Le Refuge » qui s’occupe de jeunes homosexuels.
« Parce que j’ai choisi de venir en aide à des jeunes en rupture familiale, dont certains ont été jetés à la rue par des parents ne supportant pas leur homosexualité, dont certains ont déjà tenté de se donner la mort tellement leur souffrance était grande, alors pour cela, on vient maintenant me taxer de ‘financer le lobby LGBT ‘ ?!! », annonce-t-il sur son blog.
Une déclaration que l’ex-ministre de Sports de Nicolas Sarkozy considère comme des propos ironiques alors qu’il n’avait pas caché son homophobie et sa misogynie concernant le mariage pour tous.
Il a même écrit dans ont autobiographie « L’Âme du conquérant », publiée en 1998 : « Oui je suis misogyne, mais tous les hommes le sont sauf les tapettes. Pour moi, une femme qui se bat au judo ou dans une autre discipline, ce n’est pas valorisant ».
« Depuis des années, je reçois, régulièrement, des mails ou des messages via les réseaux sociaux, me couvrant d’injures pour cela », regrette-t-il.
Et ce, à cause d’un dérapage sur Canal+ alors qu’il avait mis en place un mea culpa en 2013. « T’es une tapette », déclare-t-il sur la chaîne télévisée. Sa réaction n’est pas si convaincante actuellement.
L’on a même tendance à envisager que ce soit peut-être un « coup de com’ ». En tout cas, ce qu’envisage le blogueur Giuseppe Di Bella qui considère que David Douillet « se rachète juste une bonne conscience ». Il était l’un des principaux opposants de la loi sur le mariage pour tous, et ses électeurs l’accusent de son choix de subvention. « On peut avoir combattu le mariage homosexuel sans être homophobe », explique David Douillet avant d’ajouter « Osez le féminisme »?