Cyril Hanouna vient de reconnaître, que son dernier sketch n’était pas vraiment de très bon goût, et pas vraiment de bonne qualité. En se moquant ouvertement à l’antenne, d’un jeune téléspectateur homosexuel, l’animateur a déclenché une grosse vague de réactions, allant du simple téléspectateur jusqu’au CSA. Si la chaîne ne se presse pas pour réagir, elle va devoir rapidement prendre en compte la réaction de certains annonceurs, qui ont décidé de ne plus sponsoriser l’émission.

Au départ, Baba et son équipe semblaient tout simplement avoir trouvé encore une occasion de faire le buzz. Bon goût ou pas, les réactions ont fusé, et tout ce qui importe, c’est que l’émission fasse parler d’elle. Seulement, si les polémiques et ses conséquences, le respect des autres et un certain sens de la mesure ne semblent pas étouffer la star de C8, il n’en est pas de même pour certains annonceurs. En effet, ceux-ci sont particulièrement soucieux de l’image de leur société, et ils ne veulent pas être associés, à n’importe quel délire plus ou moins mégalo, qui ne se soucie plus de l’impact qu’il peut avoir.
Si la publicité est loin d’être vertueuse, elle a le mérite d’en tenir compte, et si personne ne veut faire savoir que pour faire certaines choses, on doit en assumer les conséquences, les annonceurs vont le rappeler. La marque alimentaire Petit Navire, la marque d’électroménager Bosch et le plus célèbre des parcs d’attractions Disneyland Paris, ont déjà fait part de plus être associés à des propos loin des valeurs qu’ils souhaitent véhiculer.
L’hémorragie ne s’arrête pas là, car c’est le même son de cloche du côté de la marque de luxe Chanel, la marque de gâteau LU, qui avait diffusé une publicité lors de l’émission polémique « désapprouve » ce canular homophobe et envisage de boycotter Touche pas à mon poste. Il déclare, “cependant, concernant l’émission de jeudi dernier, clairement nous désapprouvons ce canular réalisé par Cyril Hanouna. Ces propos vont à l’encontre des valeurs d’ouverture, de respect et de non-discrimination qui sont les clefs dans notre entreprise. Cela nous amènera certainement à revoir nos futures décisions de plan média ».
La compagnie aérienne low-cost Easyjet, dont la campagne du groupe sur C8 prendra fin le 23 mai, précise « suite à des commentaires négatifs autour d’une émission diffusée sur la chaîne, EasyJet étudiera la possibilité de communiquer de nouveau sur cette chaîne ». EasyJet assure qu’elle « condamne tout propos discriminatoire et n’a aucun contrôle sur le contenu éditorial des programmes ».
On peut penser que l’argument financier va certainement augmenter la pression autour de l’émission et pousser toute l’équipe de TPMP, à faire un peu plus attention. Il est à craindre qu’au milieu de toutes les condamnations morales, et éthiques de tous bords, la seule qui soit efficace et bien écoutée, soit celle de l’argent des sponsors.

Crédit photo : Jules Renié