En ces temps troubles, les réactions les plus diverses, voire extrêmes apparaissent. Nous pouvons être attendris par ses images de personnes qui chantent aux balcons, mais aussi inquiets par celles qui font la queue pour amasser des provisions, alors qu’aucune pénurie n’est à signaler. Il reste, que si l’Europe fait la queue pour des provisions, chez l’Oncle Sam, certains se ruent dans les armureries depuis quelques jours.

La lutte contre le coronavirus, prend des aspects bien différents suivant les pays et les personnes. Pour de nombreux Américains, un des meilleurs médicaments semble être le bon vieux fusil. Différents journaux relèvent que ces derniers jours, les ventes d’armes à feu augmentent dans de nombreux États. C’est plus significatif dans les grandes villes les plus touchées par le coronavirus, comme Los Angeles, New York et Washington.

Scénario catastrophe et survivalisme

Le scénario type “walking dead”, fonctionne à merveille, et c’est un éventuel effondrement de l’ordre social, qui prévaut dans la tête de nombreux habitants. Visiblement, la confiance dans la protection de l’Etat, et surtout sur le civisme des habitants, ne paraissent pas être à l’ordre du jour. Alors que les autorités américaines, ont commencé à prendre des mesures de confinement de la population, la peur ancestrale des pillards, refait surface dans les coins isolés. Le “survivalisme” bat son plein et dans la panoplie, on retrouve les armes et les munitions, qui sont toutes aussi importantes que les vivres et le groupe électrogène.

Le lobby des armes à feu jubile

Bien sûr, cette fébrilité a aussi un impact sur les ventes en ligne de munitions, qui ont bondi. Le détaillant Ammo.com, a ainsi connu une augmentation exponentielle de ses ventes depuis une quinzaine de jours. L’entreprise attribue cela, aux inquiétudes du public concernant la pandémie actuelle.

Tout ceci pour le plus grand bonheur du grand lobby des armes à feu, à savoir le National Rifle Association (NRA), et des différents partisans des armes à feu. Parmi eux, un certain Donald Trump qui n’a pas manqué de soutenir ses plus fervents électeurs dans un tweet dont il a le secret “vous n’en avez pas besoin, jusqu’à ce que vous en ayez besoin”.

On pourrait presque imaginer, que certains souhaitent le pire juste pour pouvoir dire qu’ils ont raison.

Crédit photo : ryan ei