La Corée du Nord multiplie les provocations depuis les dernières semaines à l’encontre de la Corée du Sud et des États-Unis.

Rejet de l’armistice de 1953 qui a mis fin aux hostilités de la guerre de Corée, attaque annoncée des bases militaires américaines basées à Guam et au Japon en cas « d’agression »…

Dernière provocation en date : le dirigeant Kim Jong-un a donné l’ordre à ses troupes de déployer et préparer les missiles en vue d’effectuer des frappes vers le continent américain et les bases des États-Unis dans le Pacifique et en Corée du Sud.

Cette décision a été prise lors d’une réunion d’urgence convoquée en pleine nuit, et qui fait suite au survol du territoire sud-coréen par deux bombardiers américains.

Kim Jong-un a estimé que les vols des bombardiers étaient bien plus qu’une démonstration de force et qu’ils équivalaient à un ultimatum de la part des Américains montrant qu’ils voulaient déclencher une guerre nucléaire à tout prix.

Les experts estiment toutefois très peu probable une guerre véritable, que la Corée du Nord est d’ailleurs assurée de perdre.

La Corée du Nord peut-elle être un véritable danger pour les puissances occidentales ?