0

Connaissez-vous la différence entre une brasserie, un bistrot, un café ?

Vote UpVote Down
0%0%

-
A priori, nous avons tous une vague idée, mais parfois, c’est un peu confus. Il faut dire, que si historiquement ils n’ont pas la même origine, avec le temps les choses se sont un peu entremêlés. Cependant, il convient de garder à l’esprit quelques spécificités qui font les atouts et les limites de chaque établissement et qui donnent à nos centres-villes, une certaine renommée mondiale.
La brasserie est historiquement très marquée. A l’origine, son nom indique qu’il s’agit de lieux destinés à la fabrication de bière sur place, boisson qui s’invite largement sur les terrasses parisiennes dès le XIXe siècle. Ce n’est pas un hasard, car cela correspond à une période où l’Alsace-Moselle a été annexée après la défaite des armées françaises face à la Prusse en 1871. Beaucoup d’habitants de cette région se réfugient à Paris et font ce qu’ils faisaient déjà dans leurs régions.Au niveau du fonctionnement, une brasserie est censée offrir un large service à la fois dans le temps et dans le choix. Cela sous-entend, assurer une restauration en continu du petit matin jusqu’à tard le soir, mais aussi un choix de plats, qui peut aller d’une simple terrine de pâté jusqu’au homard, en passant par l’Alsace avec la choucroute, mais sans les sabots.

Le bistrot, quant à lui, doit aussi son nom à des défaites françaises et la débâcle napoléonienne. Les Russes, sont à Paris et défilent dans les rues. Ils utilisent le terme “bistro”, qui veut dire vite lorsque le service était trop long pour suivre le passage du régiment. Dans un bistrot à la base, on y vient pour boire du vin et au fur et à mesure d’autres alcools ou d’autres boissons. En règle générale, comme pour les Russes, on n’est pas là forcément pour traîner. La restauration se fait que pendant les heures de repas et offre une carte plus courte composée de plats plus simples et servis rapidement.

Par contre, le café est un lieu où l’on flâne, où l’on discute entre amis, artistes et philosophes. Evidemment certaines conversations de comptoir ne sont pas toujours “politiquement, ni moralement correct”. Cependant, là où la discussion s’installe, le conflit et la violence disparaissent. La terrasse d’un café est donc faite pour prendre son temps. Attention, il s’agit essentiellement de boire, pour le reste, il faut se contenter s’agit d’un sandwich, une salade ou un croque-monsieur, qui ne seront pas des recettes notables. Il ne faut pas mélanger les couteaux et les fourchettes.

N’oublions pas qu’après la Révolution française, les cuisiniers du roi alors sans emploi, s’installent à leurs comptes. Ils servent des mets d’inspiration royale dans leurs établissements. C’est d’ailleurs pour cela, que seuls les restaurants peuvent être étoilés.

Crédit photo : Andrea Roscio

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.