cécile_duflot_photoPartiSocialisteEnchaînant les couacs, l’actuelle ministre du logement du gouvernement Hollande jouit d’une popularité abyssale. En effet, 75 % des français ont une mauvaise opinion d’elle. En décembre dernier, elle était déjà la personnalité la moins populaire du gouvernement. Mais pourquoi les français haïssent-ils Duflot ?

De l’affaire Léonarda à Notre-Dame-des-Landes, la ministre du logement peine à trouver ses marques dans ce gouvernement et doit souvent faire face aux critiques de son propre parti. Depuis le départ de Delphine Batho, elle est régulièrement accusée de cynisme, d’incohérence idéologique, de trahison, mais ne semble tout de même pas vouloir abandonner son portefeuille ministériel, quitte à devoir sacrifier une bonne partie de sa réputation. Symbole de l’absence d’unité de ce gouvernement, ses actions en tant que ministre du logement laissent aussi à désirer. Ses propos sur la saisie des propriétés de l’Eglise en Ile-de-France ou son soutien « de cœur » aux manifestants de Notre-Dame-des-Landes ont ainsi suscité la polémique, tout comme les réactions démesurées de son conjoint Xavier Cantat, qui avait agressivement rejeté une invitation au 14 juillet.

Chez les personnes sondées, les mêmes termes reviennent inlassablement. Cécile Duflot est « trop perso », « arriviste », « incontrôlable » ou encore tout simplement trop « bobo ». Pour 69 % des français, elle est une « mauvaise ministre », un poids dans un gouvernement qui semble déjà à la dérive. D’autant que les verts, malgré un score national quasi-nul, tentent de plus en plus d’imposer leurs vues au gouvernement. En appelant à manifester contre l’expulsion de Léonarda, ils avaient déjà ouverts une première brèche dans l’unité gouvernementale. Avec Notre-Dame-des-Landes, la division, déjà bien entamée, apparait au grand jour.

Mais ce n’est pas tout. Cécile Duflot traine aussi les casseroles de son passé dans la région Ile-de-France, quand elle avait par exemple exigé l’achat d’un hôtel particulier de 20 millions d’euros pour loger les bureaux des vice-présidents de région. Chez les verts, elle est une des personnalités les mois populaires, certes loin devant Jean-Vincent Placé (17 % d’opinions favorables), mais surtout très loin derrière Nicolas Hulot (68% d’opinions favorables), figure éternellement populaire et sympathique de l’écologie.

Crédits photo : PS