Il est difficile, apparemment même pour les spécialistes, d’imaginer les conséquences politiques précises du “Brexit”. Il en est de même pour l’économie, difficile de faire des prévisions à long terme. Cependant, dans l’immédiat le secteur touristique arbore un large sourire, car le plongeon de la livre sterling devrait attirer plus de vacanciers étrangers.

Le référendum du 23 juin, a vu les Britanniques choisir de quitter l’Union européenne. Cette sortie, exigera apparemment de longues négociations avec Bruxelles, mais pour les marchés financiers, la sanction est déjà tombée, et la livre sterling, a chuté de plus de 10 %, face au dollar, comme face à l’euro.

Le malheur des uns, fait le bonheur des autres et l’ensemble du secteur touristique voit d’un très bon œil, une chute de la monnaie qui met le Royaume-Uni globalement à un prix plus abordable. Pour une société de statistiques, spécialisée dans le secteur du voyage, le Royaume-Uni a enregistré une augmentation de 4,3 % sur un an des venues de voyageurs étrangers lors des quatre semaines qui ont suivi le référendum.

VisitBritain, l’organisme chargé de la promotion des atouts touristiques du Royaume-Uni indique que 65 % des hôteliers, et des logeurs particuliers  considèrent comme “très bon” le nombre de réservations à venir.

D’ailleurs, tous les grands acteurs du tourisme font le même constat satisfaisant. Airbnb, la plateforme en ligne de location entre particuliers, précise que Londres, l’une des trois villes la plus réservée par les touristes, apparaît de plus en plus attractive, et recense des voyageurs de plus de 164 nationalités dans ses réservations, et cela, même après le “Brexit”.

L’entreprise de communication, London & Partners, pour sa part a analysé que deux-tiers des Américains venus en vacances au Royaume-Uni se déclarent prêts à revenir au vu du taux de change avantageux. VisitBritain, a aussi constaté depuis le référendum un doublement des recherches effectuées en ligne depuis la Chine pour des voyages au Royaume-Uni.

Bien sûr, la plupart des touristes étrangers avaient déjà réservé leurs vacances, mais la chute de la livre a certainement fini de décider des indécis et de toute façon tous seront plus enclins à dépenser plus.

Pour l’ensemble du secteur touristique, tout ceci apparaît comme une occasion à saisir. “Je pense que le tourisme est l’un des secteurs qui pourrait vraiment bénéficier des changements dus au Brexit. Il faut saisir cette opportunité“, s’enthousiasme Patricia Yates, directrice de la stratégie de VisitBritain.

De plus, il faut rajouter à cela, une météo très favorable, qui pourrait continuer durant l’arrière-saison, et contribuer à faire de 2016, une année exceptionnelle. En attendant, de gros nuages noirs, inévitable côté météo, et certain, côté économique. Le tourisme anglais compte donc bien en profiter un maximum.

Crédit photo : Pierre