Le 23 Mars, au Conseil Général de la Corrèze, Bernadette Chirac se lâche sur François Hollande, avant de pénétrer dans l’hémicycle : « C’est un homme très courtois, parfaitement courtois, mais ce n’est pas le gabarit d’un président de la République », assène l’ancienne Premier dame, avant d’embrayer sur son manque d’expérience internationale.

Changement de ton, hier à Nice. Le candidat socialiste et Bernadette Chirac ont pris le même avion pour se rendre sur la côte d’Azur, sans s’adresser la parole à aucun moment. Mais une fois arrivée à Nice, Bernadette a tenu à tempérer ses propos du Conseil Général. « Oublions cela, est-ce qu’il nous est pas arrivé dans la vie une fois de dire un mot qui est un petit peu trop fort par rapport à ce qu’on pensait » a-t-elle déclaré à Nice-Matin.

De quoi se demander si entre-temps, Bernadette Chirac ne s’est pas vu adresser quelques remontrances par son mari, qui a déclaré sur le ton de l’humour corrézien qu’il voterait Hollande, et qui ne souhaite probablement pas voir Nicolas Sarkozy réélu ?