Si oui, ce sera la dernière fois, car le voyagiste britannique Thomas Cook, le plus vieux du monde, a annoncé sa faillite. Au-delà de l’aspect financier, concrètement cela veut dire qu’il faut maintenant rapatrier 600 000 touristes à travers le monde. Ce qui fait dire au département britannique des Transports dans un communiqué, que le gouvernement britannique et l’Autorité de l’aviation (CAA) lancent l’opération de rapatriement la plus importante pour des civils de l’histoire en temps de paix.

La fin d’un pionnier du voyage organisé

Thomas Cook, même si nous n’avons pas utilisé ses services, les personnes qui voyagent un peu en ont entendu parler. Il faut dire, qu’étant né en 1841, il était le tour-opérateur indépendant le plus vieux du monde. Thomas Cook, c’était 22 000 employés dont 9 000 au Royaume-Uni. On savait la compagnie en difficulté et le voyagiste se présentait depuis plusieurs années avec de lourdes dettes. Ce vétéran du voyage a mal digéré l’arrivée du numérique et la concurrence acharnée des sites Internet de voyage à bas prix. Le coup de grâce pour ce voyagiste, a certainement été les remous autour du Brexit.
Tout a basculé rapidement. Dans la semaine, des créanciers lui ont demandé de trouver 227 millions d’euros de financements supplémentaires pour qu’un plan de sauvetage déjà accepté de 900 millions de livres et mené par le chinois Fosun, premier actionnaire, soit validé. Les discussions du week-end, n’ont pas été concluantes.
L’opération de rapatriement la plus importante en temps de paix
Du coup, les autorités britanniques ont activé un plan d’urgence surnommé “Opération Matterhorn”. Un nom à la consonance sinistre, puisque c’est le même qu’une campagne de bombardement américaine lors de la Deuxième Guerre mondiale. La CAA, a apprêté des avions spéciaux pour cette opération colossale qui devrait durer jusqu’au 6 octobre.
Cependant, certains touristes pourront rentrer par des vols commerciaux. La CAA rappelle, que les voyages organisés bénéficient de la garantie ATOL, qui découle d’une directive européenne. Cette législation s’applique aux autres membres de l’UE, notamment la France et l’Allemagne qui ont de gros contingents de clients de Thomas Cook, et ces derniers devraient bénéficier de fonds de garantie locaux.
Toutes les personnes coincées à l’étranger pourront aussi recouvrer les frais encourus sur place si leur retour est retardé. Pour ceux, qui ont acheté un séjour qu’ils n’ont pas encore utilisé, ils peuvent prétendre à un remboursement complet.
Avec la fin de Thomas Cook, c’est peut-être le crépuscule du voyage des découvertes organisées pour l’avènement des déplacements touristiques individualisés.
Crédit photo : beasty