nuclear-396435_640_photo_luctheoEncore un nouveau coup dur pour le chantier de Flamanville. D’après une fiche technique délivrée par l’Autorité de sureté nucléaire, des “sérieuses anomalies” ont été détectées sur la cuve du réacteur EPR.

Il paraît qu’Areva aurait dissimulé ou n’aurait pas signalé des anomalies concernant sa cuve du réacteur EPR sur le chantier de Flamanville. En tout cas ce qu’a dit la fiche technique de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) que Le Canard enchaîné a pu se procurer ce mercredi 8 juillet dernier.

Le document fait 32 pages a été adressé à Pierre-Franck Chevet, le président d’Autorité de sûreté nucléaire, qui dénonce des anomalies “sérieuses, voire très sérieux” concernant l’acier qui forme la cuve. Il parait que l’acier est composé d’un important taux de Carbone qui minimiserait sa résistance et pouvant favoriser l’apparition de fissures.

Il est impossible d’ignorer ces défauts surtout de la part d’une compagnie qui a déclaré avoir fait des analyses chimiques sur la teneur en carbone en 2006. Ces tests avaient révélé “d’importantes ségrégations majeures positives au centre de la calotte de couvercle du réacteur”, selon l’institut.

Le rapport évoque également “le manque de surveillance et de vigilance” du groupe nucléaire.

Cette révélation est un nouveau coup dur pour Areva et ses EPR, suite aux problèmes interminables de retards du chantier du central d’Olkiluoto en Finlande ainsi que la remise en cause du projet voulu par l’Angleterre. Ces nouvelles informations pourront encore rallonger les retards déjà accumulés du chantier du plusieurs mois, ou même plusieurs années si cela se soldera par le changement de cuves.

crédit photo: luctheo