Bon, voilà l’épisode pilote est fini, place à la suite de notre nouvelle série avec Donald Trump, et sa troupe, que l’on va pouvoir suivre durant quatre ans. Difficile de connaître exactement le scénario, et la suite de l’histoire, car il faut avouer que le réalisateur est resté assez flou et confus dans sa présentation. Nous pouvons cependant, trouver quelques thèmes majeurs, qui devraient servir de fil conducteur aux prochains épisodes.

Nous devrions retrouver une bonne dose d’anti-immigration avec le fameux mur de 1 600 kilomètres de long à la frontière mexicaine pour endiguer l’immigration. La production compte sur le Mexique pour financer le décor de ces épisodes. En toile de fond, une bonne dose d’expulsion concernant les 2 millions d’immigrants criminels, la série se veut donc aussi policière. Il devrait s’ensuivre l’expulsion des 11 millions d’immigrants clandestins, ou encore la fin du programme d’accueil des réfugiés syriens. Sans oublier de revenir sur le droit du sol, qui permet à une personne née aux États-Unis d’obtenir la nationalité américaine. La figuration ne sera pas oubliée puisque, il est prévu de tripler le nombre d’agents de l’immigration.
Le scénario devrait aussi aborder le monde des affaires, en adoptant tout simplement une ligne protectionniste en renégociant le traité de libre-échange nord-américain (Nafta) et le retrait des États-Unis du partenariat Trans-pacifique (TPP). Le rôle du méchant sera tenu par la Chine, qui pour Donald Trump “est responsable de près de la moitié de notre déficit commercial”. En 2011, Donald Trump disait déjà, qu’il taxerait à hauteur de 25 % les produits chinois s’il était élu président des États-Unis.
Après, c’est du classique dans le scénario, relance de l’activité par le déficit, et la déréglementation en réduisant l’impôt sur les sociétés de 35 % à 15 %, ainsi que celui des contribuables les plus riches qui va engendrer un déficit budgétaire. On devrait aussi voir apparaître des investissements dans les infrastructures dans les dix ans, grâce à des partenariats publics, et des investissements privés encouragés par des abattements fiscaux.
La nouvelle équipe de production a prévu une réduction des épisodes à l’extérieur, avec moins d’interventionnisme. Cependant, on devrait avoir quand même de l’action avec l’anéantissement prévu de l’organisation Etat islamique, en coopération avec la Russie en Guest-star.
Les sujets de société ne seront pas oubliés, nous aurons une évocation traditionaliste, et conservatrice concernant l’avortement. Donald Trump a répété que l’embryon “a un droit fondamental à la vie qui ne peut être enfreint”. Il y aura des moments plus intimes avec la mise en place d’actions qui vont permettre aux familles de déduire de leurs impôts les coûts de garde d’enfants. La production, propose d’accorder six semaines payées comme une indemnité chômage pour le congé maternité, qui n’existe pas aux États-Unis. Par contre, un épisode devrait sceller la fin de la loi sur l’assurance-maladie, le nom de l’épisode sera “la fin de l’Obamacare”.
On devrait presque toucher le mystique avec une allégorie pour glorifier le bienfait des armes à feu dont la détention est “un droit naturel et inaliénable donné par Dieu à l’autodéfense”.
Enfin, nous devrions retrouver le souffle épique des grands espaces naturels, et des chevauchées sauvages, car le changement climatique n’étant qu’une foutaise d’intellectuel. Donald Trump a promis qu’il annulerait l’accord de Paris, et qu’il supprimerait l’Agence de protection de l’environnement (EPA). Il compte bien annuler, des milliards de dollars de paiements prévus aux Nations unies pour les programmes visant à lutter contre le changement climatique.
Ne ratez donc pas les nouveaux épisodes cette saga inédite, si vous aimez le suspense, et les surprises…la version française est en préparation.

Crédit photo : bip américa