Nicolas Sarkozy a, dans une interview accordée à l’Est Républicain, chiffré le coût d’un deuxième mandat. 115 milliards d’euros d’efforts seront demandés aux français par le président, c’est le coût estimé de son programme au cas où il serait réélu :

“J’ai prévu 115 milliards d’euros d’efforts, 75 milliards sur les dépenses, 40 milliards sur les recettes”

Il défend la réforme des retraites et raille la proposition de François Hollande d’une taxation à 75% des très hauts revenus :

“Lui veut remettre en cause la réforme et augmenter les cotisations payées par les salariés. Pas moi ! Je continuerai la réforme de l’Etat et la réduction des dépenses. Il n’y a pas d’autre solution pour la France.

Il a dit dès le lendemain que [cette taxation] ne rapporterait pas un centime. Puis Laurent Fabius a précisé le surlendemain qu’elle ne s’appliquerait pas puisqu’ils feraient un bouclier fiscal.”

La crise n’était-elle pourtant pas terminée ?