Jean Luc Melenchon_photo de Place Au PeupleLe nouveau sondage du 15 juin BVA/Salesforce, en partenariat avec Orange et la presse régionale fait apparaître une nouveauté. Jean-Luc Mélenchon, le fondateur du Parti de gauche (PG) serait en capacité de devancer François Hollande dans les intentions de vote, si notamment de l’autre côté Nicolas Sarkozy ou François Fillon gagneraient la primaire LR.

Une satisfaction, pour celui qui a déclaré le 7 juin dernier « Hollande ? J’ai bien l’intention de le battre« . Ce nouveau sondage accrédite 14-15 % des intentions de vote à l’ancien sénateur, qui se hisse donc à la hauteur du président. Reste à savoir, si ce sondage, et ce coude-à-coude sont plus inquiétant pour Hollande que réjouissant pour Mélenchon, car il apparaît que si les deux hommes font jeu égal, c’est avant tout à cause de la baisse inexorable du chef de l’Etat dans les sondages.

Cependant, l’Eurodéputé progresse chez les sympathisants du PS et d’EELV. Il bénéficie d’un contexte social tendu, sur fond de contestation de la Loi Travail. Il profite d’une attitude de confrontation frontale avec le gouvernement, au risque de se faire reprocher de se tromper de cible, de faire le jeu de la droite et de l’extrême droite, et d’un certain opportunisme, voir un populisme irresponsable. Son score est très élevé pour un candidat issu des rangs de la gauche radicale un an avant les élections de 2017. A titre de comparaison, toutes les études d’opinion à la même période en 2011 le donnaient à moins de 10 %. C’est une tendance de fond qui se confirme, car un autre sondage TNS Sofres donne à Jean-Luc Mélenchon entre 12 et 16 % d’intention de vote.

Cette mouvance profite aussi à d’autres, la candidate de lutte ouvrière Nathalie Arthaud et Philippe Poutou du NPA voient leurs scores cumulés, progresser d’un point pour atteindre 3 %. Côté écologiste, l’avenir s’annonce plus noir que vert, une candidature indépendante EELV avec Cécile Duflot ne serait créditée que de 2 à 3 % des suffrages, une chute de 2 points.

Pour commenter ces résultats du côté de l’Elysée, on trouve Jean-Vincent Placé, secrétaire d’État à la simplification et surtout fervent soutien du président. « Mélenchon est à son niveau de 2012. Il y a toujours eu un public pour une gauche conservatrice et traditionaliste en France, autour de 10-12 %. Mais ça n’ira pas au-delà« . Il rajoute, « les sondages sont préoccupants, mais ils ne sont pas très fiables ».

On peut aussi fermer les yeux, ne rien vouloir voir, et prétendre que la situation s’améliore…

 Crédit photo :  Place Au Peuple