Press conference of SYRIZA's leader

Press conference of SYRIZA’s leader

La réélection du premier ministre grec sortant Alexis Tsipras lui donne un léger avantage face a ses frondeurs. Désormais le « dirigeant charismatique » doit tout faire pour sauver son pays. Il a également ramené son parti de gauche Syriza en pole position.

La presse française estime que le retour de Tsipras n’a qu’un seul objectif « sauver ce qui peur encore l’être ». Selon le journaliste  Pascal (Les Dernières Nouvelles d’Alsace) « Syriza et Tsipras reviennent au pouvoir avec une seule ambition, d’ailleurs commune à tous les candidats : sauver ce qui peut encore l’être. Pas les apparences donc, mais l’essentiel », « la Grèce ne peut plus naviguer à vue, il lui faut un projet à défaut d’une vision » et « en finir avec le clientélisme et la bureaucratie, la corruption et la gabegie, l’injustice fiscale et la fuite des capitaux. » A-t-il ajouté.

Certain journaliste estime que Tsipras a joué la carte du quitte ou double plus de deux fois dans son analyse dans « la Montagne » il scande alors que la réélection de Syriza « est la démonstration du savoir-faire politique de son leader, Alexis Tsipras, et de son sens tactique. Il a finalement joué deux fois à quitte ou double » En mettant sa place en péril il a gagné « une première fois avec le référendum en appelant à voter non et en le gagnant. Une seconde fois en revenant devant le peuple pour obtenir un mandat clair et trouver un parlement lui permettant de travailler ».

Le chroniqueur Philippe Gélie du journal « le Figaro » s’interroge « que va-t-il « faire de cette victoire ? » Il explique alors que « Sa capitulation estivale devant les prêteurs ne l’a pas empêché de s’imposer comme un dirigeant charismatique, capable de susciter une quasi-unité nationale autour d’un plan de sauvetage négocié sans marge de manoeuvre ».

crédit photo: GUE_NGL