Le souverain marocain a répondu aux revendications en appelant à des législatives rapides et à l’ouverture prochaines des frontières.

Dans un discours officiel jeudi 20 juillet, le roi du Maroc Mohammed VI a exprimé son souhait que des élections législatives soient organisées rapidement. Sur la base de la constitution récemment révisée, le prochain premier ministre émanera en principe de la majorité qui sortira des urnes, une majorité que le roi espère « solidaire et homogène ».

Cette majorité nouvelle doit selon le souverain faciliter le travail de réconciliation du royaume, et notamment celle des jeunes avec l’action politique.

Enfin, l’intervention a également souligné le besoin de normalisation des rapports avec le voisin algérien et la réouverture de la frontière terrestre, fermée en 1994 après un attentat meurtrier imputé aux services secrets algériens. Le président algérien Bouteflika a salué cette évolution, et les échanges récents de visites entre ministres marocains et algériens reflètent cette ambition partagée.

Le Maroc continue néanmoins d’être agité par des manifestations de la part du camp pro-démocrate et ce malgré la victoire récente et nette du « oui » au référendum initié par Mohammed VI sur la réforme constitutionnelle.