photo_manuel valls_Photo Philippe Grangeaud  Solfé Communications_parti socialisteD’après un sondage qui était publié ce dimanche, près de 51 % de Français estiment que le Premier Ministre n’est pas capable de conduire la réforme économique et sociale. La plupart des français affirment qu’il est préférable de durcir les conditions d’attribution d’allocation logement.

Manuel Valls, « le réformateur » est blâmé. Près de 51 % des Français que le premier ministre n’est pas « en mesure de mener à bien des réformes dans le domaine économique et social ». C’est le résultat d’un sondage Ifop, publié ce dimanche dans le JDD. 49 % ont donné un avis opposé.

Parmi ceux qui n’ont pas confiance à la réussite du chef de gouvernement, 28 % d’entre eux estiment qu’il n’est « plutôt pas » en mesure d’assumer ce type de réformes et 23 % pense qui ne l’est « pas du tout ». 57 % des sympathisants de Gauche jugent que le premier ministre est capable de mener à bien les réformes, alors que 43 % sont d’un avis contraire. 57 % des sympathisants de l’UMP ne sont pas sûrs des capacités du Premier ministre, 66 % des sympathisants FN pensent la même chose.

72 % des personnes sondées estiment que le gouvernement doit « mettre en place des condictions strictes pour bénéficier d’allocations logements », 64 % sont favorables plafonnement du montant de l’allocation chômage pour les cadres supérieurs ou dirigeants », 53 % au « plafonnement du montant des indemnités de licenciement gagnables aux prud’hommes, mais seulement 37 % à « la simplification des licenciements dans les PME » et 32 % à « l’augmentation à 67 ans de l’âge de départ à la retraite dans le privé pour bénéficier d’une retraite complémentaire pleine ».

**Sondage réalisé par téléphone les 29 et 30 mai selon la méthode des quotas auprès d’un échantillon de 1003 personnes représentatif de la population française.**

Crédit Photo: parti socialiste/flickr.com