Aux grands maux les grands remèdes, sommes-nous tentés de dire, en évoquant les dernières idées de mesures possibles à Londres pour lutter contre la mal-bouffe. La décision concerne plus précisément les écoliers, car la mairie de Londres veut interdire, ou du moins limiter en 2019, la construction des fast-foods dans un rayon de 400 mètres autour des établissements scolaires.

A priori, cette initiative semble soutenue par une large majorité de personnes et notamment les parents d’élèves, qui sont favorables à cette nouvelle loi dans la capitale. Il s’agit de combattre l’obésité, en limitant la prise d’un goûter pas souvent très diététique après les cours. En effet, à l’heure actuelle, un enfant britannique sur quatre est en surpoids.

Cependant, on connaît déjà les limites de cette…limitation, car les grandes enseignes ont déjà prévu une manière de contourner la nouvelle réglementation, qui devrait voir le jour dans la capitale anglaise. En effet, les grandes chaînes de fast-food, qui proposent des places assises sont classées dans la catégorie restaurant. De plus, elles ont rapidement fait valoir qu’elles proposent sur leurs cartes des menus variés, avec par exemple des salades. Même si l’on sait, que l’essentiel de leurs ventes restent les hamburgers et les frites, sans parler des sodas, elles vont donc échapper à cette loi. Celle-ci, va directement impacter les nouvelles constructions, et ne touchera que les petites enseignes de quartier et de vente à emporter. Ce qui fait dire à certains, que cette mesure est une bonne affaire pour les grosses enseignes de fast-food qui vont voir disparaître une concurrence alors qu’elles auraient dû être les premières cibles.

Cependant, pour les militants anti-malbouffe, c’est déjà un premier pas, qu’il ne faut pas ignorer pour pouvoir enclencher une dynamique. Ils vont pouvoir aussi compter sur l’appui du très médiatique chef britannique Jamie Oliver, qui a fait campagne pour cette loi. Depuis des années, au Royaume-Uni comme aux États-Unis, il organise des conférences, et des démonstrations-chocs pour alerter les parents sur le niveau de culture alimentaire de leurs enfants.

Crédit photo : j.aguilo